Le panachage, quésaco ?

Pour faire suite à notre article abordant le sujet du conditionnement, un zoom sur une activité industrielle particulière s’imposait : le panachage.

Le panachage, c’est le nom donné au poste de travail permettant de mixer différentes références dans un même contenant

Par exemple, un industriel produit des biscuits goût chocolat noir et goût chocolat au lait, mais certaines enseignes de grande distribution lui demande de fournir des cartons contenant les deux saveurs. L’industriel doit alors ajouter une tâche supplémentaire dans son process pour mixer les références, et ce, en interne ou en faisant appel à un prestataire logistique.

Un marché en plein essor

La demande en panachage a fortement augmenté ces dernières années car cela permet aux grandes enseignes de mettre plus facilement les produits en rayon, ou de limiter les stocks. En effet, ce panachage est souvent réalisé dans des contenants particuliers, appelés PAV pour “Prêt à la vente”. Ceux-ci sont souvent présents dans les enseignes de grande distribution discount.

Actuellement, ces tâches sont réalisées à la main car elles nécessitent plus de dextérité. De plus, étant une niche du conditionnement, le panachage concerne généralement de très petites séries et ne permettent pas d’être robotisées avec des solutions standards, faute de flexibilité et de retour sur investissement.

Automatiser le panachage, c’est possible !

Le secret d’une automatisation de panachage réussie est la segmentation.

En effet, dans la majeure partie des process de panachage actuels, un opérateur réalise la tâche de A à Z

Par exemple :

  1. Il dépalettise et ouvre un carton de biscuits chocolat au lait et un carton de biscuits chocolat noir;
  2. il vide la moitié du 1er carton;
  3. il remplit le 1er carton avec les produits du 2nd carton;
  4. il remplit le 2nd carton avec les produit du 1er carton;
  5. il ferme les cartons et les palettise.

Ces tâches sont pénibles car elles nécessitent beaucoup de déplacements et de manutention. C’est pourquoi le process peut être revu de manière à segmenter les tâches et les rendre élémentaires.

  1. L’opérateur dépalettise, ouvre les deux cartons et les dépose sur des convoyeurs parallèles;
  2. Un îlot robotique assure le panachage des produits;
  3. Les cartons panachés sont convoyés vers l’opérateur qui les ferme et les palettise.

L’opération de palettisation peut également être robotisée dans un second temps. 

Ainsi, l’opérateur devient chef de ligne et assure le bon fonctionnement de la ligne tout en ouvrant et fermant les cartons et en assurant un contrôle qualité global.

La cadence de la ligne peut être augmentée de 50%¹ grâce à la robotisation partielle du poste et permet ainsi un retour sur investissement rapide.

Vous avez besoin de booster les performances de vos postes de panachage ?

¹  Étude réalisée par Niryo grâce aux différents cas clients